Article paru dans Ouest France et sur angersmaville.com (lien direct vers l'article )

   Ouest-France  

Actualité Maine et Loire

Édition du samedi 2 février 2008

ag05_786238_1_px_300__w_ouestfrance_
Patrice Laurendeau veut faire connaître « la signature Vin de Loire ».

 

Mieux communiquer sur les vins de Loire

Le groupement de viticulteurs et négociants Interloire veut faire connaître la signature « Vin de Loire » partout en France.

« Une année fleurie, fruitée, gouleyante... à vivre sans modération. » C'est ce qu'a souhaité, la semaine dernière, Patrice Laurendeau, président d'Interloire, lors de ses voeux à l'Interprofession. Composée de viticulteurs et de négociants, l'organisation regroupe les professionnels, qui produisent et/ou vendent des vins d'appellation, du pays nantais à la Touraine en passant par l'Anjou. « C'est le seul endroit où l'ensemble de la profession est présente », confie Patrice Laurendeau.

Les missions sont diverses : promouvoir la qualité des vins, notamment avec des équipes de recherche et développement, analyser les besoins des consommateurs, valoriser la qualité et la quantité...

Mais l'enjeu majeur en ce début d'année c'est la communication. Depuis le 1er janvier, l'interprofession regroupe également les vins nantais d'appellation. Il s'agit aujourd'hui de se se faire connaître. Dès le mois de février, Interloire va lancer une campagne de communication, d'abord nationale, car même en France « un grand nombre de consommateurs n'arrivent pas à situer nos vins ». Il faut « bâtir l'identité Loire » et faire connaître la signature « Vin de Loire ». Pour faire de sa faiblesse - l'éparpillement des appellations et leur petite taille - un atout. « La diversité n'est pas un handicap, poursuit le président d'Interloire. Il faut laisser les grands vins tirer les autres vers le haut. »

Interloire réfléchit aussi à la possibilité de mieux gérer les stocks. Le but est d'éviter de voir les prix s'envoler lors des pénuries et  « de ne plus craindre de finir la saison en manquant de vin, comme cela fut notamment le cas pour les rosé et cabernet d'Anjou ».

P. G.

Ouest-France